Recherche de contenu, d’articles, de vidéos

De l’art de la transition entre plantations et nature sauvage

Pas toujours facile d’intégrer une piscine et ses flots brillants sans nuire à l’équilibre naturel dessiné par la végétation parfois ancestrale. Voilà l’une des réussites de Fanny Chaboud (Derbez) qui a parfaitement joué sur des transitions entre plantations et nature sauvage tout en parvenant à valoriser l’espace piscine.

TEXTE BRUNO WARASCHITZ / PHOTOS NATHALIE PASQUEL WWW.JARDINS.PHOTOS

 

ATMOSPHÈRE NATURELLE SANS ARTIFICE

C’est à dessein qu’une très grande uniformité dans les couleurs a été privilégiée pour les végétaux. Le vert domine très largement, hormis des touches de blanc, un peu de jaune et quelques lavandes. Cette harmonie était d’ailleurs l’un des desiderata exprimés par les propriétaires car, pour le reste, Fanny Chaboud, paysagiste chez Derbez (Var) a eu carte blanche. Le choix des végétaux s’est opéré en fonction d’une floraison entre mai et octobre : la maison fait office de résidence secondaire qui est habitée essentiellement au cours de la période estivale. C’est en deux étapes dans le temps que les équipes de Derbez ont recomposé ce jardin. Cette fois, l’objectif premier consistait à restructurer l’espace autour de la piscine en l’agrandissant et en le rendant plus accueillant. Tout en prenant soin de respecter et de valoriser la nature environnante. Pour preuve, derrière un parterre de plantes et arbustes aux dimensions volontairement réduites, la végétation semble s’entremêler au point de devenir volontairement floue. En un mot, sauvage !

 

 

NPAC_130918078

Un dégradé végétal

Blottie au creux d’un talus dominé par un magnifique olivier, la piscine profite d’un espace nettement distinct de la végétation qui a été étagée. Dans une logique par dimension mais également dans une transition travaillée entre plantes et fleurs naturelles (telles que agapanthe, Gaura lindheimeri, Erigeron, rosier ’Iceberg’, Pittosporum, Teucrium, Westringia, filaire…), vers une végétation plus sauvage, moins sophistiquée (pistachier, arbousier, laurier sauce…).

 

 

Affranchie de toute végétation à son abord, la piscine est admirablement valorisée. 

 

NPAC_130918220

Mise en valeur

C’est la seconde fois que les équipes de Derbez interviennent sur ce jardin : ici, on aperçoit les deux oliviers qui ont été dégagés de la végétation qui les encerclait. Ce qui les a mis en valeur et a permis de créer un espace clairement identifié autour de la piscine.

 

 

NPAC_130918157

Coin repos

Au premier plan, jouxtant la piscine, comme il fait bon se prélasser sous un parasol installé sur cette petite terrasse, constituée de pierres cenia, choisies pour leur meilleure adhérence. En arrière-plan, on distingue la luxuriance de la végétation, typique de la garrigue. Avec en vedette deux superbes et majestueux cyprès d’Italie Cupressus sempervirens ‘Stricta’.

 

 

NPAC_130918075

Erigeron érigés

C’est en pierres du Haut-Var que cet escalier a été conçu tout comme les rochers qui émaillent le jardin. Des Erigeron sont érigés dans le creux des marches. Un aspect naturel qui sied parfaitement à l’ambiance de ce jardin qui se montre scrupuleusement respectueux de la nature environnante.

 

 

NPAC_130918164

Sous un coin de parasol

Un salon de jardin pour des moments à passer en famille ou entre amis sous un parasol bienvenu durant les fortes chaleurs estivales.

 

 

NPAC_130918134

Tout en finesse

Quel que soit l’endroit où l’on se positionne dans le jardin, la végétation est toujours présente sans être oppressante pour autant. Au pied de l’olivier, d’où l’on entrevoit les flots de la piscine, se dressent un Pittosporum tobira ‘Nana’ (à gauche) utilisé en topiaire et une touffe d’Erigeron karvinskianus, une vivace presque rampante (à droite), dont les fleurs blanc-rosé ressemblent à s’y méprendre aux pâquerettes. Elle s’accommode de sols calcaire et aime le soleil.

 

 

Un large cheminement a été agencé au cœur de cette dense végétation méditerranéenne… 

 

NPAC_130918032

Tout un cheminement

Cette allée engazonnée qui serpente au milieu de la végétation emporte le promeneur depuis la piscine vers l’une des extrémités du jardin qui donne accès à une zone naturelle sauvage. En bordure, on aperçoit distinctement des Gaura lindheimeri, deux cyprès, un rosier ‘Iceberg’ (tout à droite), sans oublier deux oliviers de chaque côté (Olea europaea).

 

 

NPAC_130918151

Spectaculaire

C’est évidemment pour sa floraison qui prend des proportions assez spectaculaires à la fin de l’été (d’août à octobre) que ces hortensias ont été sélectionnés.

 

NPAC_130918143

Rustique

Résolument rustique, très dense, la Santoline petit cyprès (Santolina chamaecyparissus) affiche des rameaux couverts de feuilles avec un duvet argenté du meilleur effet et arbore de jolies fleurs jaune d’or pendant les mois de juillet et août.

 

 

NPAC_130918182

Emblématique

Figure emblématique du pourtour méditerranéen, le laurier rose (Nerium oleander) fleurit avec une grande constance de mai à octobre et ses longues feuilles vert foncé se maintiennent tout au long de l’année.

 

 

NPAC_130918147

Rocailleux

L’Hémérocalle se complaît dans des zones de rocaille, elle est également assez idéale en bordure. Elle peut développer une grande densité à la floraison et atteindre 1 mètre de hauteur.

 

 

NPAC_130918152

Fièrement

On est en Provence et personne n’imaginerait un jardin sans la fière présence de cette lavande officinale (Lavandula angustifolia).

 

 

NPAC_130918111

En surplomb

Tel un gardien du temple, cet olivier en surplomb semble veiller majestueusement sur le jardin. Entouré de pieds de lavande qui confirment la tonalité méditerranéenne.

 

 

 

Un jardin réalisé par Derbez (Var)

 

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas affiché. Sont obligatoires les champs marqués par *

cinq × 3 =