Recherche de contenu, d’articles, de vidéos
Des agapanthes au milieu de buis taillés en topiaires et de stipas

Un jardin contemporain tout en sobriété

Pas de fioriture dans ce jardin urbain, pas de couleurs clinquantes, tout n’est que minimalisme, rien que du contemporain dédié à la contemplation.

TEXTE LUC FERRAND / PHOTOS NATHALIE PASQUEL 

UNE ODE À LA CONTEMPLATION

Pour rompre avec les tracas de la vie quotidienne et s’extraire rapidement des tumultes environnants, ce jardin conçu par Daniel McCarthy (OneAbode) apparaît incontestablement comme un modèle du genre. Alors que beaucoup de paysagistes recherchent parfois la luxuriance et la pluralité dans les matériaux, Daniel a privilégié le vert et le blanc. Pour preuve, si l’on recense le nombre de végétaux différents utilisés, on parvient au chiffre de seulement huit. Pourtant, ce jardin a beau se montrer d’une sobriété exemplaire, il ne faudrait aucunement en conclure qu’il serait simple à réaliser. Un pur paradoxe car il apparaît dense, particulièrement riche d’éléments de décoration. C’est justement sur ce point que réside l’un des secrets de la conception de ce jardin urbain qui mesure moins de 200 m2 et qui peut parfaitement être reproduit dans une surface encore plus réduite : il est extrêmement structuré. Pas un recoin de libre, toute la surface apparaît intégralement occupée. Que ce soit avec la terrasse en bois, les marches en métal blanc, le mur plein gris-brun ou encore les grilles en arrière-plan du jardin et en protection visuelle du terrain voisin, sans oublier la végétation, pas le moindre interstice !

 

NPAC_120710916

Propice au repos 

Des agapanthes qui surgissent au beau milieu de boules de buis taillées en topiaire, des stipas qui volent doucereusement grâce à une légère brise, une  terrasse chaleureuse en bois d’ipé qui enveloppe l’ensemble… tout concourt à créer un univers de sérénité propice au repos et à la contemplation.

 

 

_NPAC_120710927

Assise ascétique 

Trois buis en pot trônent majestueusement sur chacune des trois longues marches qui emmènent vers la partie centrale de la terrasse. Sur laquelle on retrouve un banc tout en métal blanc dont le confort semble tout relatif. Une assise tout en ascétisme et bien en conformité avec le côté spirituel et contemplatif du jardin.

 

 

DE L’ART DE LA TOPIAIRE

Phénomène particulièrement ancien, puisque les premières topiaires remontent à la période de l’Antiquité et que les jardins italiens et à la française à la Renaissance les ont en quelque sorte immortalisées, l’art de la topiaire consiste à sculpter des arbustes en les taillant afin de leur donner une forme régulière, géométrique ou originale. Parmi les formes les plus courantes, c’est bien sûr la boule qui apparaît très prisée dans les jardins contemporains. Le cube, le nuage figurent également en bonne place. Quant au choix de l’arbuste, tous conviennent à condition qu’ils arborent un feuillage persistant. Bien sûr, la vedette incontestée est le buis à la facilité de taille sans équivalent et dont la croissance est somme toute assez limitée, réduisant d’autant le travail d’entretien et de coupe. Dans les plus répandus, on trouve l’if et certains cyprès. Plus on compte d’arbustes en topiaire et plus il importe de réfléchir à la structure globale ainsi générée, de veiller à l’harmonie générale. Concernant la coupe, l’important tient dans la régularité, à bien conserver un mouvement homogène. On n’oubliera pas une ultime précision : la topiaire est un art de la patience car, plus le temps, plus les années passent et meilleur sera le résultat.

_NPAC_120710935

Terrasse en bois exotique 

Tout en ipé, cette terrasse affiche une coloration naturelle qui, s’il n’est apporté aucun vernis, deviendra inéluctablement grisonnante avec le temps et les intempéries. Une couleur qui, d’ailleurs, lui siéra parfaitement. Dans les lames de bois, on remarquera l’incrustation de plaques de métal blanc à l’instar de celles qui font office de marches au milieu des buis, apportant ainsi un rappel visuel de bon aloi. Côté végétation, on aperçoit les graminées, en l’occurrence, des Stipa tenuissima, qui se distinguent à la fois par leur légèreté et leur densité.

 

 

_NPAC_120710919

Invitation à la lévitation 

L’illusion est quasi parfaite : vous posez les pieds sur des marches en métal blanc qui donnent l’impression de flotter au-dessus de la dense végétation composée principalement de fougères (Blechnum spicant) et d’hostas (Hosta ‘Francee’). La sensation de lévitation n’est aucunement feinte.

 

 

le détail à retenir 

Une terrasse en bois a le grand avantage de pouvoir masquer tout ou partie d’une zone qui serait par trop abîmée. Étant placée en surélévation par rapport à la végétation, on ne distingue ainsi aucune zone de terre, rendant l’ensemble nettement plus soigné.

 

 

_NPAC_120710013-(1)

Secret de magicien

Ces marches emmènent vers un siège lui aussi de la même conception. L’occasion de découvrir la technique utilisée par les équipes de OneAbode : un côté est bel et bien posé dans le sol pour le maintien des marches. À la vérité, on s’en doutait un peu quand même !

 

 

 

NPAC_120710021-2

Fleur vedette, fleur unique 

Ce n’est évidemment pas par hasard que la seule fleur présente dans ce jardin est l’agapanthe (Agapanthus umbellatus ‘Albus’). Entre la blancheur très pure de sa floraison qui dure tout l’été et ses inflorescences composées de grandes ombelles au bout d’une longue et distinguée tige verte, l’agapanthe concourt largement au caractère raffiné et épuré de l’ensemble.

 

 

_NPAC_120710969

Couvre-sol 

Au milieu des boules de buis (Buxus sempervirens), comme pour servir de plante couvre-sol, le paysagiste a sélectionné des fougères (Polystichum setiferum et Blechnum spicant) ainsi que des  hostas (Hosta ‘Royal Standard’).

 

 

_NPAC_120710973

Double effet 

Véritable petite haie occultante, du buis a été planté le long du mur de séparation, apportant à la fois une touche de verdure et une opacité vis-à-vis du terrain voisin.

Paysagiste : Daniel McCarthy / www.oneabode.com
Un jardin présenté lors du Hampton court Flower Show,  2012

 

 

 

Pour en savoir plus…

]

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas affiché. Sont obligatoires les champs marqués par *

2 × quatre =