Recherche de contenu, d’articles, de vidéos

Des effets de perspective en trompe-l’œil

Avec des effets de perspective qui perturbent l’œil et en jouant sur des reflets avec miroir dépoli et boules métalliques qui renvoient les rayons du soleil, le paysagiste Darren Hawkes a composé un décor tout à fait étonnant.

TEXTE PATRICK MIOULANE // PHOTOS NATHALIE PASQUEL WWW.JARDINS.PHOTOS

 

 

   

UN JARDIN QUI SE MÉTAMORPHOSE SELON L’ANGLE DE VUE

Dans sa volonté de faire vivre un bout de terrain d’une centaine de mètres carrés situé dans un environnement que l’on imagine suburbain et peu attractif, le paysagiste Darren Hawkes a composé une retraite végétale paisible et facile d’entretien. La première tâche de l’homme de l’art a été de clore le lieu pour lui donner de l’intimité. Les palissades en bois ont été doublées par des charmes (Carpinus betulus ‘Fastigiata’) dont la silhouette verticale étroite donne de l’ampleur au décor. Le terrain de forme triangulaire a été ensuite segmenté en plusieurs parties par des structures décoratives qui visent à concentrer l’œil sur l’harmonie des associations végétales plutôt que sur l’ensemble du jardin. Jouant sur les transparences des matériaux et sur des plantes dont les couleurs contrastent sans choquer, le résultat est aussi étonnant que reposant.

 

 

NPAC_1305211098

Multiples facettes

Formant un ensemble harmonieux, le jardin est toutefois segmenté en petites scènes séparées par divers claustras constitués de différents matériaux. Au premier plan : chataire (Nepeta racemosa ‘Walkers Low’).

 

NPAC_1305211123

20 000 ardoises

Les 36 m2 d’allées que compte le jardin sont revêtus par des plaques d’ardoise disposées verticalement. Elles convergent vers un point central qui évoque l’iris d’un œil. Il faut compter environ une journée pour poser un mètre carré.

 

 

L’architecture sophistiquée met en valeur les plantations.

 

NPAC_1305210703

Torsade de chêne

Pour concentrer le regard sur l’harmonie végétale travaillée en nuances délicates, le paysagiste a segmenté le terrain sans relief avec des éléments architecturaux. L’envolée de bastaings en chêne massif, esquisse le début d’une spirale symbolique.

 

 

NPAC_1305211141

Fausse transparence

Véritable œuvre d’art, un panneau de verre dépoli sépare deux zones de détente agrémentées de bancs. Les bulles et les imperfections piégées dans le matériau induisent une vision floue, qui brise l’effet de perspective sans le gommer. Cette partie du jardin acquiert ainsi son autonomie tout en restant partie intégrante de l’ensemble. Sur le sol, la couleur sombre de l’ardoise souligne la subtilité des associations végétales très bien composées.

 

 

NPAC_1305212001

Porte-bonheur

Profitant de la situation ombragée du lieu et de la fraîcheur humique du sol, du muguet (Convallaria majalis) fleurit autour et sous le banc. Ce dernier a été réalisé sur mesure, comme une œuvre d’artiste, à partir d’éléments en chêne massif.

 

 

NPAC_1305211127

Différents regards

La structure et le matériau choisis pour les claustras ont pour but d’orienter l’œil dans des directions variées. On peut ainsi se focaliser sur l’observation d’une seule plante ou bien d’un groupe, en choisissant le diamètre du cylindre métallique à travers lequel regarder. Ces éléments personnalisent aussi le jardin par leur aspect artistique.

 

 

NPAC_1305211132

En noir et or

L’expression artistique de ce jardin ne se limite pas à la présence des objets, fussent-ils aussi émotionnels que ceux utilisés ici. Le talent du paysagiste s’est manifesté de manière magistrale par le choix des végétaux. Ils composent une harmonie tout en douceur associant le pourpre noir (Ophiopogon ‘Nigrescens’, Geranium ‘Black Beauty’), le vert acidulé (charme,  Euphorbia martinii) et le jaune d’or (Heuchera ‘Electric Lime’, Euphorbia polychroma).

 

 

NPAC_1305211995

Six cents billes d’acier

De grosseurs différentes et enfilées comme des perles sur de solides fils de nylon, elles composent un rideau d’extérieur qui scintille sous la caresse du soleil et renvoie une vision onirique des plantations alentour, que déforment à volonté les sphères. En inox, elles n’exigent pas d’entretien.

 

 

Paysagiste : Darren Hawkes / www.darrenhawkeslandscapes.co.uk
Un jardin présenté lors du Chelsea Flower Show, Londres 2013

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas affiché. Sont obligatoires les champs marqués par *

huit − deux =