Recherche de contenu, d’articles, de vidéos

Exotisme au vignoble de Château Raymond-Lafon

Ayant pour écrin les précieuses vignes de l’appellation Sauternes, ce jardin du Château Raymond-Lafon est l’œuvre de passionnés qui collectionnent les plantes avec ardeur. Un cru d’excellence…

TEXTE PATRICK MIOULANE / PHOTOS NATHALIE PASQUEL WWW.JARDINS.PHOTOS

 

 

 

 

LE JOYEUX VIRUS DE LA PLANTATION

Au milieu du XIXe siècle, dans l’une des plus prestigieuses appellations du Bordelais, Raymond Lafon crée le vignoble qui porte désormais son nom. En 1972, Francine et Pierre Meslier font l’acquisition de ce très réputé domaine de Sauternes qui s’étend aujourd’hui sur 18 ha. Dans les années 80, ils ont l’opportunité d’acquérir le petit domaine jouxtant la maison familiale. Cette partie est très vite restaurée et dédiée au réceptif de l’exploitation. En 1990, les trois enfants Meslier prennent en main les destinées de la propriété. L’un d’eux, Charles-Henri se passionne pour les plantes et plus particulièrement pour les palmiers. Il décide alors de transformer les quelque 4 000 m2 disponibles en petit paradis végétal. Après avoir creusé un bassin, il plante, plante et plante encore. Son intérêt pour le végétal s’aiguise au fil des rencontres et son cheptel végétal s’agrandit à chaque nouvelle fête des plantes qu’il visite. Consécration pour cet espace foisonnant où poussent de véritables petites merveilles, la Société d’horticulture de Bordeaux a labellisé l’œuvre de Charles-Henri « Jardin de Collection »…

 

 

jardin raymond lafon 08

De frais ombrages

La grande allée gazonnée qui mène au poulailler est dominée par des frondaisons majestueuses dont celles d’un grand figuier (Ficus carica) et d’un arbre à chapelets (Melia azedarach) qui enchante mai et juin de ses panicules légères mauve et blanc. À droite, un hortensia grimpant (Hydrangea petiolaris) part à l’assaut d’un tronc dégarni.

 

jardin raymond lafon 06

Flash lumineux

L’ombre favorise la croissance des hortensias et l’éclat du feuillage de l’érable champêtre panaché (Acer campestre ‘Carnival’). à droite, un superbe feijoa (Acca sellowiana) aux fruits comestibles.

 

jardin raymond lafon 04

Promenade botanique

Cheminant sous la ramure du micocoulier (Celtis australis) et du figuier, on découvre en rang serré un érable du Japon à feuilles pourpres, un hortensia et le feuillage majestueux d’un Gunnera manicata. Il contraste avec la légèreté du palmier queue de poisson (Caryota mitis). À droite, lavande et camélias.

 

jardin raymond lafon 11

Une certaine majesté

Un imposant cèdre bleu (Cedrus atlantica ‘Glauca’) dissimule en partie la maison, de même que le palmier de Chusan en arrière-plan. À droite, les grandes feuilles duveteuses du grindellier marron (Solanum mauritianum), peu courant en Europe.

 

jardin raymond lafon 03

Opulence exotique

Illustrant parfaitement l’esprit de collectionneurs qui anime Charles-Henri, ce massif adossé à des bambous est composé d’espèces appréciant les climats doux : escallonia, Yucca filamentosa ‘Bright Edge’, abutilon hybride, laurier-rose (Nerium oleander) et angélique du Japon (Aralia elata).

 

jardin raymond lafon 05

Opposition de styles

Un massif rond de fusains et de rosiers et un grand tilleul ainsi que la tour à toit pointu rappellent que nous sommes en France ce que semblent ignorer l’Eucalyptus parvula au tronc noueux, le palmier abricot (Butia capitata) et le sagou (Cycas revoluta).

 

 jardin raymond lafon 01

Petite touche asiatique

S’ouvrant sur les vignes du Château Raymond-Lafon, bordées de rosiers comme le veut la tradition, le jardin apporte une note de complet dépaysement. Le massif de bambous jaunes (Phyllostachys aureosulcata ‘Aureocaulis’) associé à un palmier de Chusan (Trachycarpus fortunei) invite à l’évasion avec en arrière-plan une glycine en arbre.

 

 

jardin raymond lafon 02

Un peu de romantisme

Joliment ciselée, la tonnelle en fer forgé a été installée il y a trois ans sur un sol pavé. Elle sert de support à divers rosiers grimpants qui embaument de juin aux vendanges. Au premier plan, l’abricotier du Japon (Prunus mume) se couvre de fleurs roses à la fin de l’hiver.

 

 

 

Une tonnelle parfumée de roses pour s’enivrer du parfum des fleurs avant de déguster le vin.

 

jardin raymond lafon 17

Fruits comestibles

L’olivier de Bohème (Elaeagnus angustifolia) est aussi appelé chalef à feuilles étroites ou arbre d’argent. Ce petit arbre rustique qui dépasse 6 m de haut, se pare d’un feuillage persistant vert-gris. La floraison jaune en mai et juin attire les abeilles. En forme de fruit brun-rouge à maturité, le fruit est sucré, mais assez farineux.

 

jardin raymond lafon 20

Aucun entretien

Vivace buissonnante très résistante à la sécheresse, la sauge de Jérusalem (Phlomis fruticosa) forme une touffe arrondie de 1 m de haut qui fleurit en abondance de mai à septembre. Cette plante est réputée pour sécréter par ses racines des substances qui empêchent les herbes sauvages de pousser. Elle craint les froids vifs.

 

jardin raymond lafon 14

Roi de l’ombre

L’hortensia (Hydrangea macrophylla) réagit promptement à un manque d’eau, son feuillage flétrissant de manière spectaculaire. Plantés dans un sol frais et sans soleil direct, plusieurs cultivars prospèrent dans le jardin du Château Raymond-Lafon.

 

jardin raymond lafon 15

Une curiosité

Originaire des Pays-Bas où il a été créé en 2003, l’hortensia ‘Zebra’ porte de juin à octobre des corymbes blancs à l’extrémité de solides tiges quasiment noires. Le contraste est saisissant, très décoratif. Il existe aussi une forme à fleurs bleues appelée ‘Zorro’. Ce sont des plantes compactes bien arrondies.

 

jardin raymond lafon 21

Fleur des veuves

Ce curieux nom est parfois donné à l’éphémère de Virginie (Tradescantia virginiana), une plante vivace couvre-sol dont le feuillage arqué persiste l’hiver s’il reste doux. Les fleurs ne s’épanouissent que durant une demi-journée, mais elles se renouvellent en grand nombre de juillet à octobre.

 

jardin raymond lafon 23

Fausse sauge

La sauge de Jérusalem tubéreuse (Phlomis tuberosa) diffère de sa cousine à fleurs jaunes par sa couleur, mais aussi par son port plus élancé et une hauteur supérieure (souvent plus de 1,50 m). La plante produit par ailleurs des petits tubercules sur ses racines, d’où son appellation. Elle aime les sols secs.

 

jardin raymond lafon 10

Esprit japonais

Planté au bord du bassin qui accueille cygnes et canards, le très vieux genévrier bleu (Juniperus chinensis ‘Hetzii’ évoque un bonsaï, mais de façon naturelle. Il est associé à l’arbre aux chapelets (Melia azedarach) qui présente la particularité de sécréter une substance insecticide.

 

jardin raymond lafon 07

Passion palmiers

Toutes les espèces dites « rustiques » sont présentes dans le jardin. Ici, devant la maison où grimpe un rosier ‘Kifsgate’, on peut admirer : Washingtonia filifera (le plus grand), Brahea armata (le bleu), Brahea edulis, Sabal bermudana (à gauche).

 

jardin raymond lafon 24

Dépaysement total

Dominé par le palmier bleu (Brahea armata), ce massif accueille diverses plantes typiques d’un climat doux : Yucca filifera aux feuilles pointues, Beschorneria yuccoides, Helichrysum italicum (plante curry)…

 

jardin raymond lafon 09

Grues d’Afrique

Le bassin où se mire le genévrier et où s’épanouissent des nénuphars accueille, sur un fond de bambous taillés, d’élégants oiseaux métalliques. Ils sont l’œuvre du sculpteur animalier Henk Schoen. D’origine néerlandaise, cet artiste installé à Montcaret en Dordogne a trouvé son inspiration après un long séjour en Afrique du Sud. Il y a observé les oiseaux dans le fameux Parc Kruger. Aujourd’hui, il immortalise flamants roses, grues, cigognes et autres serpentaires dans un métal qui se patine en s’oxydant joliment avec le temps.

 

jardin raymond lafon 16

Couleur évolutive

Arbuste de culture facile, Physocarpus opulifolius ‘Diabolo’ se caractérise par ses feuilles pourpre foncé et ses boutons floraux rouge vif, qui s’ouvrent en corolles blanches en juin et juillet.

 

jardin raymond lafon 19

Faux air d’hibiscus

L’arbuste phare des tropiques ne pouvant pas s’acclimater sous le climat bordelais, il est remplacé dans le jardin par l’un de ses cousins  : l’abutilon hybride. Tous deux appartiennent à la famille des mauves (Malvaceae). Dans un sol bien drainé, l’abutilon résiste à -5 °C. Il perd alors son feuillage, mais repart au printemps. La plante, qui fleurit tout l’été, dépasse 1 m. Il existe aussi des cultivars jaunes, roses, orange et rouge foncé. Pour obtenir plus de fleurs, coupez l’extrémité des nouvelles pousses (pincement) et supprimez bien les fleurs fanées.

 

jardin raymond lafon 13

Couleur locale

Ces étonnantes fleurs laciniées pendantes appartiennent à une plante peu courante et originale : Podophyllum ‘Kaléidoscope’. Outre ses fleurs couleur bordeaux, qui apparaissent sous les feuilles de mai à juillet, cette vivace rustique est appréciée pour ses feuilles. Palmées, à la consistance cireuse, elles sont marbrées de motifs géométriques qui ont valu à cet hybride son nom. La plante qui atteint 50 cm de haut, se plaît à l’ombre dans les sols humifères qui restent bien frais durant l’été. Attention, les limaces l’adorent !

 

jardin raymond lafon 18

Jolies boules bleues

Se déplaçant à leur gré dans le jardin car elles se ressèment naturellement, les gantelines (Campanula glomerata) adorent l’ambiance de sous-bois qui règne ici. Ces jolies vivaces s’élèvent à 60 cm de haut. Elles se couronnent en mai et juin d’une boule (glomérule) de fleurs bleu violacé. Il est bon de les installer à proximité de plantes assez rigides pour leur servir de tuteurs naturels. Il est aussi nécessaire de contrôler leur développement car, lorsqu’elles se plaisent, ces campanules originaires du Sud de l’Europe peuvent se montrer envahissantes.

 

Pour vous y rendre…

• Le Château Raymond-Lafon est situé sur la commune de Sauternes, à 45 minutes en voiture depuis le centre de Bordeaux et par l’autoroute A62 en direction de Toulouse (sortie Langon n° 3). 

Adresse : 4 Au Puits, 33210 Sauternes

Coordonnées GPS : 443259N 01949W.

•  Le jardin constitue une propriété privée qui jouxte la salle de dégustation et les bâtiments de l’exploitation viticole. Il est accessible sur rendez-vous pour une visite guidée. Le jardin a obtenu « 3 feuilles d’or de Ginkgo », récompense décernée par la Société d’Horticulture de la Gironde et un « Best of Wine Tourism » dans la catégorie architecture et jardins.

• Pour prendre rendez-vous :
[email protected]
Tél. : 05 56 63 21 02

Plus d’infos sur le site www.chateau-raymond-lafon.fr

 

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas affiché. Sont obligatoires les champs marqués par *

17 − 11 =