Recherche de contenu, d’articles, de vidéos

Le jardin des délices

Refuge esthétique et gourmand isolé des agressions visuelles et sonores de la ville, ce jardin de 300 m2 concentre toute la volupté que l’on peut obtenir du monde végétal : l’élégance des formes, l’éclat des couleurs, la délicatesse des parfums et la richesse des saveurs…

TEXTE PATRICK MIOULANE / PHOTOS NATHALIE PASQUEL WWW.JARDINS.PHOTOS

 

ODE À ÉPICURE, CE JARDIN CONJUGUE LA GOURMANDISE À TOUS LES TEMPS !

Conçu dans un esprit très contemporain par le paysagiste Paul Martin, ce jardin illustre avec créativité le concept des pièces d’extérieur où il fait bon vivre. Composé d’une salle à manger de plein air et d’une cuisine à ciel ouvert, la convivialité y règne en maître. Nécessitant beaucoup de travaux de construction, la réalisation a demandé trois semaines de travail intensif à une équipe de huit personnes, pour un budget d’environ 100 000 €.

Ce lieu festif aux lignes fortes met en scène de beaux matériaux. Il dispose d’un espace gourmand agrémenté de plantations variées. Surélevés par des murets de 45 cm, les massifs permettent de s’asseoir sur le bord pour choisir le légume que l’on dégustera. La partie salle à manger se situe en contrebas, le sol étant constitué de dalles rectangulaires (80 x 20 cm) en pierre bleue celtique venant d’Irlande (un calcaire sédimentaire très solide).

 

NPAC_1307150598

L’objet du désir

Agrémentée par plusieurs pommiers et une profusion de vivaces fleuries, la partie ornementale du jardin met en exergue une sculpture en fils de fer et de bronze qui évoque un visage en saule tressé. Elle a été réalisée par l’artiste Rupert Till.

 NPAC_1307151330

Du producteur au consommateur

Les massifs surélevés à hauteur de fauteuil sont très pratiques pour aller picorer à loisir les bonnes herbes qui abondent dans les massifs entourant le coin repas. Thym, romarin, lavande et sauge sont rassemblés dans les parties que l’on n’arrose pas, tandis que persil, basilic et menthe sont regroupés pour recevoir plus d’humidité.

 

 

NPAC_1307150665

Cuisine d’extérieur

Un vaste espace tout confort a été aménagé dans un angle discret du jardin. Bien abritée du vent par les hauts murs très sobres, la cuisine est agrémentée d’un barbecue à gaz (Weber), encastré dans le mobilier.

 

 

NPAC_1307150668

Pierre bleue d’Irlande

Toute la zone de convivialité et dallée avec cette superbe pierre irlandaise caractérisée par la présence de nombreux fossiles de coquillages datant de plus de 300 millions d’années. C’est l’une des pierres sédimentaires les plus compactes et les plus solides.

 

 

NPAC_1307150670

La petite touche d’élégance

Il faut souligner l’harmonie des couleurs dans le choix des matériaux, volontairement foncée pour éviter la réverbération par temps très ensoleillé. À la base des murs, une discrète fosse remplie de galets assure l’évacuation de l’eau de pluie vers le système d’assainissement.

 

 

NPAC_1307150630

Volumes rythmés

Les multiples différences de niveau animent le jardin, évitant toute monotonie. L’ensemble Tuscany (Neptune) est composé d’une table en teck de 2,50 m de long et de fauteuils en osier traité contre les intempéries.

 

NPAC_1307151303

Photophore

Le jardin est aussi couramment utilisé pour les dîners. La nuit tombée, il prend un aspect plus mystérieux grâce à un jeu d’ombre et de lumière ; cette dernière étant apportée uniquement par la flamme de bougies qui balisent aussi le passage.

 

 

NPAC_1307150659

Cloche à blanchir

Inspirée des modèles en terre cuite que l’on posait jusqu’au début du xxe siècle sur les jeunes pousses d’asperges pour les récolter bien blanches, cette cloche a été peinte dans les mêmes tons que les dalles. Elle a surtout ici une vocation décorative.

 

 

NPAC_1307150594

Urbanité et ruralité

Le jardin contemporain se caractérise par ses éléments construits aux lignes sobres. Ici le dallage en lames de bois peintes de couleur ardoise est associé à un caniveau qui sert à récupérer l’eau de pluie. Le tout est agrémenté d’une bordure fleurie qui donne une petite touche champêtre au décor.

 

 

le détail à retenir 

Quand on souhaite s’équiper d’un système de récupération d’eau, l’esthétique est généralement négligée. Saluons l’idée ingénieuse présentée ici et qui repose sur un large caniveau dans lequel sont placés de petits galets qui participent à l’aspect décoratif. 

 

 

NPAC_1307150607

Habiter le jardin

Égayées par les fleurs blanches des agapanthes (Agapanthus africanus ‘Albus’) et bleues des chataires (Nepeta ‘Walkers Low’), cuisine et salle à manger sont tout aussi cossues qu’à l’intérieur.

LE DOUX MURMURE DE L’EAU DANS UNE PROFUSION DE FLEURS

La partie basse du jardin est divisée en deux zones aux destinations  bien distinctes : les agapes gourmandes détaillées précédemment et la détente contemplative.

Sur le plan architectural, le principe est identique avec une partie dégagée environnée de massifs surélevés. Mais ici, les plantations doivent, pour la plupart, assurer un double emploi : nourrir et séduire. On y trouve donc des légumes, des aromatiques, des arbustes à petits fruits et des espèces à parfum. Mais la grande originalité vient de l’association d’une fontaine qui rafraîchit et relaxe par le murmure de l’eau, avec un brasero permettant de faire un feu de camp le soir.

Ce jardin démontre qu’il est possible de produire des légumes dans un contexte urbain, tout en associant les plaisirs de la table avec l’esthétique d’un concept et d’un décor végétal sophistiqués.

 

 

NPAC_1307150688

L’eau et le feu

Dans la partie opposée à la cuisine, se trouve un emplacement creux et dallé qui permet de réaliser un feu de camp. Il est associé à un petit mur d’eau alimenté par un ruisseau où pousse du cresson de fontaine (Nasturtium officinale) encadré par des fraisiers. Tout l’endroit est généreusement planté avec ici au premier plan de la menthe verte (Mentha spicata), de la lavande et un groseillier.

 

NPAC_1307150628

Kaléidoscope parfumé

Dans un style plutôt champêtre et décontracté, ce massif réunit des plantes diversement odorantes. Le rosier gallique ‘Cardinal de Richelieu’ exhale une puissante fragrance musquée et poivrée. Les inflorescences en ombelles des carottes dominent leur feuillage finement découpé à l’odeur bien caractéristique, tandis qu’un tapis de serpolet (Thymus serpyllum) offre sa floraison rose vif et sa fine senteur aromatique aux effluves provençales.

 

NPAC_1307151354

Astilbe du Japon

Appréciant les zones ombragées et humides, Astilbe japonica ‘Gladstone’ est plantée dans la partie ornementale du jardin, sous les pommiers et au pied de la statue de Rupert Till. Cette plante vivace au feuillage finement découpé, fleurit en juin et juillet, les panicules compactes pouvant s’élever jusqu’à 50 cm. Elle craint le fort soleil et le calcaire.

 

NPAC_1307151360

Angélique pourpre

Forme plus compacte que l’angélique officinale, Angelica ‘Ebony’ ne dépasse pas 1 m de haut et 75 cm de large. Développant un feuillage ample assez foncé, elle porte des ombelles roses de juillet à septembre. Pour éviter que la plante ne se dissémine, il est conseillé de les couper assez tôt.

 

NPAC_1307151316

Hosta et reine-des-prés

Très décoratif, l’ample feuillage panaché du funkia (Hosta ‘Frances Williams’) est complété dans le courant de l’été par des inflorescences parfumées blanches. Cette vivace est associée ici à Filipendula ulmaria ‘Plena’ qui vient en opposition avec son feuillage très découpé et ses fleurs compactes.

 

NPAC_1307151364

Agapanthe

Amie du soleil, de la chaleur et même de la sécheresse, Agapanthus africanus épanouit ses ombelles bleu foncé au cœur de l’été. Elle gagne à être empotée avant l’hiver et placée dans un endroit abrité du froid et des intempéries.

Paysagiste : Paul Martin / www.paulmartindesigns.com
Un jardin présenté lors du Hampton Court Flower Show, 2013