Recherche de contenu, d’articles, de vidéos

Les sciences naturelles pour concevoir un jardin design

Nourriture, vêtements et médicaments reposent très souvent sur le végétal. Ce jardin rend hommage à ces utilisations et au rapport du végétal et de la science dans notre quotidien.

TEXTE BRICE LE FORT // PHOTOS NATHALIE PASQUEL / WWW.JARDINS.PHOTOS

 

 

 

CELLULE VÉGÉTALE GÉANTE

Même si les scientifiques peuvent y déceler de petites approximations, il est clair que cette structure fait immédiatement penser à une cellule végétale vue au microscope. On peut également y voir une structure osseuse décalcifiée, mais c’est bien le végétal qui a été représenté par l’architecte. Esthétiquement, ce pavillon est très élégant, même si il ne peut renier un parfum d’excentrisme très « british » ! Son intégration dans le jardin, et les multiples rappels de la structure d’une feuille nous conduisent dans l’infiniment petit, avec une belle efficacité. Le choix des différentes essences végétales est loin d’être anodin, puisque cet ode à la science est soulignée par nombre de plantes médicinales, ainsi que par des espèces largement utilisées dans nos activités quotidiennes. De quoi se sentir concerné par la protection de nombreuses espèces végétales, qui abritent encore bien des secrets, notamment en matière de molécules médicamenteuses ! Une chose est sûre, il fallait oser réaliser ce jardin particulièrement original, et riche en informations sur l’intimité du végétal.

 

 

 

Nervures en bois

Dans les massifs de vivaces, des sculptures en bois reproduisent les formes des nervures d’une feuille, où coule, ici, la sève créative de l’architecte : Marcus Barnett. Les plantes médicinales règnent dans cette partie : Achillea ‘Moonshine’ (achillée), Salvia nemorosa ‘Caradonna’, Centranthus ruber ‘Albus’ (Valériane), Knautia macedonica.

 

 

Couleurs en fête

Verbascum bombyciferum ‘Arctic Summer’ (molène), Salvia nemorosa ‘Schneehugel’ (blanc), Salvia nemorosa ‘Caradonna’ (mauve), Centranthus ruber ‘Albus’, et géranium vivace occupent de part et d’autre la petite allée en bois, qui répond aux formes du pavillon central. Le mélange de teintes et de matières donne une impression de richesse végétale très agréable.

 

 

Cellule végétale

Cette curieuse construction installée au milieu du jardin fait référence à la structure d’une feuille, au niveau des cellules végétales. C’est une vision microscopique qui a inspiré sa structure très particulière, réalisée en bois et en bio-plastique.

 

 

Dallage

Le dallage autour de la structure centrale reprend son aspect graphique. Ses formes irrégulières font le lien avec les massifs de plantes, essentiellement médicinales.

 

 

Structure

Ce pavillon est réalisé en bois brut, finement découpé, et enjolivé de feuilles de bio-plastique. Des plaques rigides assurent l’étanchéité du plafond translucide.

 

 

 

 Paysagiste : Marcus Barnett / www.marcusbarnett.com
Un jardin présenté lors du Chelsea Flower Show, Londres 2011

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas affiché. Sont obligatoires les champs marqués par *

5 × deux =