Recherche de contenu, d’articles, de vidéos

De buis, de métal et d’eau

Résolument contemporain, ce jardin dessiné par Tom Stuart-Smith mêle avec brio la pureté de l’eau du bassin, la douceur du pavillon en bronze patiné, signé Jamie Fobert, et le naturel des plantations savamment hiérarchisées.

TEXTE BRICE LE FORT //PHOTOS NATHALIE PASQUEL WWW.JARDINS.PHOTOS

 

 

 

 

JEU DE VOLUMES

Ce jardin contemporain est basé sur les oppositions : lignes droites sans fioritures du bassin et massifs de vivaces aux allures sauvages, courbes des buis en topiaires et parallélogrammes du pavillon en bronze, tons bruns de celui-ci et teinte froide de l’eau du bassin. L’ensemble habillé de pierre naturelle, qui vient stabiliser la structure et poser le regard avec un grand naturel. L’avantage d’une telle composition, c’est qu’elle est facile à reproduire pour animer une nouvelle zone de votre jardin. Les topiaires offrent notamment une immense variété de possibilités en matière de taille, et peuvent occuper un espace avec beaucoup d’efficacité. Le choix des vivaces est ici particulièrement judicieux car, visuellement, elles forment un ensemble très cohérent de « sauvagine maîtrisée ».

 

 

Bronze patiné

Le pavillon en bronze est joliment patiné, car il a déjà été exposé par ailleurs, avant de devenir le point d’orgue de ce jardin. Sa matière sombre, mais chaude, interpelle le regard et ajoute de la douceur à cette composition végétale. Et quand les rayons du soleil, et notamment en fin de journée, viennent l’éclairer, il prend subitement des couleurs rougeoyantes qui l’illuminent et le font briller de mille feux !

 

 

Géométrie

Bien que cerné par des plantations de buis presque exubérantes par leurs dimensions, le bassin, aux lignes pures, guide le regard vers le pavillon en bronze. Il se dresse tel un arc de triomphe à la gloire de la quiétude de l’endroit.

 

 

Contrastes naturels

Cette partie champêtre du jardin mêle des espèces qui contrastent avec les tons chauds de la pierre du chemin : Euphorbia wallichii (euphorbe), Hakonechloa macra (herbe de Hakone), Cenolophium denudatum (ombellifère), Astrantia major White Giant (astrance).

 

 

Massif de vivaces

Les vivaces ont la part belle dans cette partie du jardin, avec une organisation visuellement très naturelle, mais savamment optimisée. Bouleau et buis commun ajoutent la note arbustive, qui fixe le regard et ombrage les zones, au gré de la rotation de la Terre.

 

 

 

Paysagiste : Tom Stuart-Smith / www.tomstuartsmith.co.uk
Un jardin présenté lors du Chelsea Flower Show, Londres 2010

 

 

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas affiché. Sont obligatoires les champs marqués par *

19 + onze =