Recherche de contenu, d’articles, de vidéos

Un petit jardin et un mur végétal tout en bruyère

Quand on possède un jardinet à moitié à l’abandon et qu’on n’a définitivement pas la main verte, on est volontiers en quête d’un jardin prêt à l’emploi, faisant rapidement illusion et avec le moins d’entretien possible…

TEXTE LUC FERRAND // PHOTOS NATHALIE PASQUEL WWW.JARDINS.PHOTOS

 

LES ŒUVRES COMPLÈTES DE LA BRUYÈRE

 

C’est un défi un peu fou qu’ont relevé le designer William Quarmby et les équipes de Nigel Jeffries Landscapes ayant participé à la réalisation de ce jardin en Angleterre. Ils sont en effet parvenus à édifier un vaste mur végétal constitué exclusivement de bruyères. Voilà une idée presque saugrenue tellement elle tranche singulièrement avec les plantes habituellement sélectionnées. Et surtout faire tenir en l’air des bruyères, ce n’est pas commun mais plus encore peu commode ! Pour habiller et masquer un mur imposant et inesthétique (parpaing, béton…), la bruyère s’avère évidemment idéale puisque persistante par essence.

Bien sûr, c’est une terre acide qui a été installée. Autre condition requise à la réussite de cette entreprise : il faut impérativement que le mur soit orienté vers le sud. Les bruyères vont ainsi grossir et fleurir successivement aux différentes saisons de l’année selon les variétés Erica carnea et Erica x darleyensis, Daboecia cantabrica ou Erica x watsonii.

C’est sur trois niveaux au total que ce jardin a été édifié. Façon de distinguer du premier coup d’œil l’usage dédié à chaque espace, un coin repas succédant à un coin repos et à une zone de jeux. De quoi répondre aux attentes de tous les membres d’une famille à tous les moments de la journée.

 

 

Tous à table

Au bout du jardin l’espace dédié aux repas repose sur du mobilier signé Habitat (collection Aiden). En contrebas, un massif assez dense dans lequel on remarque la présence de vivaces parmi lesquelles Monarda, Astelia chathamica, Echinacea purpurea (échinacée).

 

 

Un mur végétal composé uniquement de bruyères... Original, non ?

À perte de vue

Au premier regard, pas évident de deviner que ce mur végétal est en vérité uniquement composé de bruyères, presque à perte de vue. Les nuances de couleurs sont dues aux différentes variétés utilisées. Plus d’une vingtaine quand même.

 

 

Sans un buis

De loin, l’impression est trompeuse : eh  non ! il ne s’agit aucunement de buis taillés en boules mais bien de bruyères. Et ça leur sied parfaitement ! Elles sont associées à des Lavandula angustifolia ‘Hidcote’ (lavande) et des Echinacea purpurea (Échinacée pourpre).

 

 

Cliquets

La tranquillité du lieu n’est troublée que par le bruit constant de l’eau de cette triple fontaine qui s’échappe du mur en pierres et se déverse dans un bassin en métal.

 

 

Habitants

Ce n’est pas un hasard si cette ruche a été installée. La présence en force de bruyères que goûtent particulièrement les abeilles et autres insectes pollinisateurs la justifie déjà pleinement. Mais aussi les Calluna vulgaris, Daboecia cantabrica ‘Alba’, Erica cinerea qui vont fournir à ces pollinisateurs de quoi subvenir.

 

 

 

 

Paysagiste : William Quarmby et les équipes de Nigel Jeffries Landscapes /  www.nigel-jeffries.co.uk
Un jardin présenté lors du Hampton Court Flower Show, 2011

 

 

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas affiché. Sont obligatoires les champs marqués par *

5 + 18 =