Recherche de contenu, d’articles, de vidéos

La table est mise, le potager au centre

Nul besoin d’une grande surface pour créer un potager et subvenir aux besoins quotidiens en légumes pour toute la famille (enfin raisonnable la famille !). Démonstration…

TEXTE ANTOINE PETIT   // PHOTOS NATHALIE PASQUEL / WWW.JARDINS.PHOTOS

 

 

Manger cinq fruits et légumes par jour, on connaît la ritournelle. Déjà que pour un adulte, la chose est parfois compliquée à respecter, mais quand il s’agit de faire « avaler la couleuvre » à un enfant, c’est une tout autre histoire. Mais l’autre problème sous-jacent, c’est la capacité de production que cela requiert quand on envisage l’autosuffisance. C’est en cherchant à résoudre cette double équation a priori quasi-impossible que le duo de paysagistes Heather Culpan et Nicola Reed a conçu ce potager qui fait la part belle à l’esthétisme. Et quel foisonnement ! Pour preuve, pas facile d’inventorier in extenso la variété de supports utilisés pour les plantations, qu’il s’agisse de bacs, pots, jardinières, sacs, etc. Pourtant, la surface globale dédiée au potager s’avère très réduite (moins de 15 m2) mais le moindre espace est utilisé : même les marches de l’escalier sont occupées par des jardinières. Ce qui signifie qu’il peut s’adapter à pratiquement tous les jardins sans pour autant empiéter et nuire à la partie fleurs ou pelouse. L’ensemble est agencé avec beaucoup de goût et d’idées déco. Et, en guise d’apothéose, c’est évidemment la table en bois qui comporte en son centre une plantation de potager. Une invite à grignoter des petits légumes pendant l’apéritif ou au cours des repas mais aussi aiguiser l’envie chez les enfants dont on peut les charger d’en prendre soin. Rendre la chose ludique…

 

 

Du producteur au consommateur

Tout en bois, la table accueille une association de vivaces Tropaeolum majus (capucine), et Viola cornuta, mais aussi persil frisé et Calendula officinalis (Grand souci). De la jardinière en bois de saule tressé, émerge un pied de courge en fleurs (Cucurbita) grimpant sur un tuteur.

 

Bon plant

Sur une desserte à roulettes qui sert en quelque sorte d’établi, un petit carré en bois brut avec un plant de salade (Lactuca sativa).

 

Musique de l’eau

Originaire du Japon, ce système d’écoulement de l’eau de pluie tranche singulièrement avec nos classiques gouttières. Outre l’esthétisme, tous ceux qui l’ont adopté apprécient la musique de l’eau ainsi générée naturellement…

 

 

Récupération des eaux de pluie

Écologique et économique, un système de récupération de l’eau de pluie a été installé. Tout à fait indispensable car le potager peut s’avérer gourmand en arrosage surtout en cas d’été chaud et sec. Sans oublier l’accessoire symbole de cette corvée de l’arrosage : l’arrosoir, tout ce qu’il y a de plus traditionnel !

 

 

Les marches du marché

Même si la largeur des marches de l’escalier en est notablement réduite, ces jardinières en osier (avec un fond métal pour retenir l’eau) permettent d’exploiter une zone peu utilisée et de mettre en valeur les plantations. Et c’est bien pratique pour faire son marché !

 

 

Mur de condiments

Bien pratique, ce mur végétal. Sa verticalité fait gagner de l’espace et facilite son entretien tout comme la cueillette. Ce sac à compartiments vissé contre le mur (marque Burgon & Ball) a l’avantage de séparer les plantations en de petites quantités, ce qui est idéal pour les condimentaires. On peut même imaginer son installation sur un balcon. Ici, on trouve,  chacun dans son compartiment, persil, origan, sauge, ciboulette, céleri branche.

 

En zinc

Dans ce bac en zinc, un duo de laitues, frisée et pommée (Lactuca sativa).

 

 

En branche

Un peu de céleri branche pour assaisonner les salades et soupes  : Apium graveolens ‘Evening Star’.

 

 

En feuille

Pour donner du goût à vos préparations culinaires, rien de tel que cette plante condimentaire. On a nommé l’origan (Origanum majorana) que l’on appelle également marjolaine des jardins. À ajouter en feuille fraîche ou séchée en fin de cuisson…

 

 

Une décoration de table en perpétuelle évolution et qui remporte le prix de l’originalité.

 

Une cabane au fond du jardin…

Voici une solution séduisante quand il s’agit d’habiller et même de valoriser une cabane souvent nichée pour ne pas dire dissimulée au fond du jardin. Son toit plat a été astucieusement métamorphosé en aire de repos avec des coussins colorés négligemment posés. Côté plantations, en bordure de la toiture végétalisée : Chamaemelum nobile ‘Flore Pleno’ (camomille à fleurs doubles). Au premier plan, sur la droite : du maïs (Zea mays) et des courges et courgettes (Cucurbita pepo).

 

 

 

Le détail à retenir

Quand on manque de place ou que l’on souhaite apporter une touche décorative et de modernité à un potager, ces sacs verticaux remportent tous les suffrages. Ils sont conçus dans une toile géotextile qui laisse respirer la terre et s’évacuer l’eau. Tout en retenant la terre, bien entendu. Les produits de la marque Bacsac, tant par leur qualité que par la diversité de leurs formes, font référence en la matière. 

 

 

Paysagistes : Heather Culpan et Nicola Reed / www.burgonandball.com
Un jardin présenté lors du Hampton court Flower Show 2 011

 

 

 

 

 

2 commentaires

  • Danielle Dufresne

    à quel endroit on peut trouver ces sacs verticaux et à quelle cout app. merci j’attends une réponse merci encore

    • la rédaction

      Bonsoir Danielle. Ce produit est conçu par Burgon & Ball, son nom Verti-plant. Il est disponible à la vente en France à la Jardinerie Koeman, un site qui jouit d’une bonne réputation. Ils proposent visiblement 2 packs pour 24,95€. Voici le lien direct vers le produit : http://bit.ly/1fCrd6S
      En espérant avoir répondu à votre demande.
      Bien cordialement.
      Aurélien

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas affiché. Sont obligatoires les champs marqués par *

vingt − deux =