Recherche de contenu, d’articles, de vidéos

Un bel exemple de jardin de collectionneur

Véritable virtuose de l’association végétale, le paysagiste britannique Chris Beardshaw a réussi, en cœur de ville, une admirable composition aux accents d’exotisme.

TEXTE PATRICK MIOULANE // PHOTOS NATHALIE PASQUEL WWW.JARDINS.PHOTOS

 

C’est un jardin extraordinaire… Un jardin de collectionneur, passionné, méticuleux, sourcilleux des moindres détails, et surtout opiniâtre et obstiné pour ce qui concerne l’entretien. Inutile de préciser que cette petite merveille a été conçue par un paysagiste britannique, Chris Beardshaw, dont on loue le degré de perfection dans l’harmonie végétale. Le tracé ultraclassique est destiné à lui donner de la profondeur par un effet de perspective avec pour point d’orgue la sculpture « To the Limit  » d’Anna Gillespie. Le dallage en pierre calcaire polie à la finition satinée, ajoute à l’élégance graphique un effet d’homogénéité qui assure un lien esthétique entre les deux massifs. Ces derniers expriment avec modernité tout l’art de la mixed-border, ce mélange complexe de plantes vivaces qui doit donner une impression de naturel. Structurée par les deux boules de Pittosporum tobira ‘Nana’, la plantation s’enorgueillit des coupes bleu violacé des faux hibiscus (Alyogyne huegeli). Viennent ensuite les feuilles découpées des pavots (Papaver somniferum ‘Black Paeony’) et les épis gris-bleu des Echium pininana.

 

 

Hakonechloa macra Anthriscus sylvestris

Ombre et fraîcheur

Dans cette partie ombragée du jardin dominent les fougères, des touffes de graminées (Hakonechloa macra) et les ombelles blanches du cerfeuil des bois (Anthriscus sylvestris).

 

 

Geum coccineum Tango Geranium palmatum

Fantaisie champêtre

L’association de floraisons légères, mais en contraste de couleurs donne un côté tonique au massif. La benoîte (Geum coccineum ‘Tango’) épanouit ses fleurs doubles orange vif tout l’été. Elle est accompagnée par des pavots de Californie (Eschscholzia californica), et le rose lumineux des Geranium palmatum.

 

 

Borago officinalis Verbascum Clementine

Un choix de plantes originales

Portées par des tiges soyeuses, les fleurs bleues de la bourrache (Borago officinalis) mettent en valeur l’orangé du Verbascum ‘Clementine’, tandis qu’en arrière-plan se profile l’opulence de l’euphorbe buissonnante (Euphorbia x pasteurii). C’est une espèce originaire des Açores qui peut dépasser 1,50 m de haut.

 

 

Echium pininana

Géante aux pieds d’argile

Géante de son genre, Echium pininana développe des inflorescences pouvant atteindre 4 m de haut. Elles apparaissent la deuxième ou la troisième année, puis la plante essaime et meurt. Cette espèce frileuse (minimum - 4° C) convient surtout aux jardins du littoral atlantique. Elle apprécie un sol acide, profond et très bien drainé.

 

 

Lupinus Masterpiece

La lumière pourpre

Contrairement à une idée reçue, les tons foncés n’assombrissent pas les massifs, bien au contraire. Ici, les lupins ‘Masterpiece’ donnent un éclat inattendu au massif en s’associant à l’angélique et à la bourrache. Les lupins sont des vivaces assez délicates, qui doivent être plantés dans un sol acide, richement amendé en matière organique.

 

 

Eremurus himalaicus

Quenouille de Cléopâtre

Appelé aussi lis des steppes de l’Himalaya, Eremurus himalaicus est une spectaculaire plante rhizomateuse dont les inflorescences blanches, en juin, peuvent dépasser 2 m de haut. C’est une plante gracieuse caractérisée par une dormance estivale (la végétation disparaît après la floraison). Plantez en sol sec et à l’abri du vent.

 

 

Lupinus Artemisia ludoviciana Silver Queen

Une touche éclatante

Émergeant entre les grandes ombelles verdâtres de l’angélique (Angelica archangelica) et le feuillage argenté finement ciselé de l’armoise (Artemisia ludoviciana ‘Silver Queen’), un lupin hybride fait admirer ses fleurs rouge corail. C’est une idée toute simple, facile à reproduire dans tous les jardins pour un effet vraiment tonique.

 

 

le détail à retenir

Le decrescendo des hauteurs sur au moins trois niveaux compte parmi les secrets d’une mixed-border réussie. Les plantes les plus élancées se trouvent à l’arrière et les plus compactes devant. Autre point essentiel, le massif doit être adossé à une haie, ici de la charmille, ou à un mur.

 

 

Mixed border Chris Beardshaw

Du rythme et des couleurs

La qualité de ce massif vient de la densité de sa plantation, de la parfaite hiérarchisation des hauteurs et de la sobriété de ses couleurs. La forte dominante des feuillages aux nuances variées de verts et aux textures différentes garantit un effet chic et reposant. Une composition dont on ne se lasse pas.

 

 

Dodonaea viscosa Purpurea

Végétation structurée

Ici, le parti pris a été la mise en valeur de chaque plante par l’opposition des silhouettes, le contraste des couleurs et la variété des nuances. Les petites feuilles rondes et vert foncé du buis s’opposent à la forme fuselée et au pourpre de celles du Dodonaea viscosa ‘Purpurea’, un bel arbuste originaire de Nouvelle-Zélande.

 

 

le détail à retenir

Un jardin ne se limite pas à un mélange de plantes, aussi riche et subtil soit-il. Des éléments architecturaux sont indispensables pour structurer l’espace, créer des points de repère et donner une dimension humaine.

 

 

Echium pininana Chris Beardshaw

Grand art

Ponctués par les hauts épis bleus des vipérines des Canaries (Echium pininana), les deux grands massifs semblent se refléter dans un miroir, tant la régularité des plantations est parfaite. Du très grand art dans l’arrangement végétal…

 

 

Pittosporum Echium Chris Beardshaw

Géométrie dans l’espace

Un autre élément remarquable de la mixed-border réalisée par Chris Beardshaw tient dans la mise en mouvement des volumes. Boules, touffes, flèches, tapis, se succèdent en toute fantaisie pour composer une poésie végétale bien cadencée.

 

le point sur…

Les sculptures au jardin

L’intégration d’œuvres d’art, parmi les plantations, contribue fortement à la personnalisation du décor en lui donnant une âme particulière. L’important consiste à choisir un objet assurant une présence discrète par ses dimensions en harmonie avec la végétation et par ses teintes. Les formes épurées, stylisées ou abstraites sont les plus appréciées aujourd’hui dans les jardins design.

 

Sculpture bronze Anna Gillespie

Laisser l’esprit s’évader

Ce bronze de la sculptrice figurative Anna Gillespie évoque l’évanescence progressive de la vie et le démantèlement confus de nos émotions qui s’évadent dans un espace-temps allant de l’apprentissage à l’acceptation. L’œuvre est placée en point d’orgue sur un socle pour attirer le regard vers le fond du jardin.

 

 

Sculpture fil de fer Michelle Castles

Une figure évanescente

Réalisée par l’artiste Michelle Castles, cette sculpture en fil de fer tressé est intitulée « libertine ». À la fois présente et discrète, elle apporte une dynamique joyeuse dans le massif. La texture transparente permet d’apprécier dans le même temps la puissance symbolique de la statue et tout le décor végétal.

 

 

 

Paysagiste : Chris Beardshaw
Un jardin présenté lors du Chelsea Flower Show  2013

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas affiché. Sont obligatoires les champs marqués par *

10 + sept =