MENU
Jardin tropical David Cubero

Un paradis tropical végétal autour d’un bassin

Niché dans une végétation tropicale, ce jardin repose sur un vaste bassin traversé de dalles et fait la part belle aux formes géométriques. On ressent pleinement la touffeur propre à la Malaisie. Un havre où il fait bon se détendre.

TEXTE PATRICK MIOULANE // PHOTOS NATHALIE PASQUEL MAP-MISE AU POINT

 

UNE LUXURIANCE TRÈS INSPIRÉE

Associant l’authenticité d’un kampung (village) malais avec le foisonnement végétal de la forêt pluviale, ce jardin s’inscrit résolument dans le xxie siècle par ses lignes géométriques finement ciselées. Créé par l’ethnobotaniste d’origine sino-malaise James Wong et l’architecte paysagiste né aux Canaries David Cubero (Amphibian designs), mais qui travaillent tous les deux en Angleterre, ce jardin franchement tropical, accueille une cinquantaine d’espèces indigènes de la flore malaise.
Composé de trois parties, le jardin se caractérise par un vaste bassin rectangulaire occupant la zone centrale. La pièce d’eau est ponctuée d’îles de verdure dominées par les frondes majestueuses des fougères arborescentes (Cyathea latebrosa). Disposées en quinconce, de longues dalles en pierre de Portland, un calcaire dur de couleur ivoire, forment un gué qui permet de « marcher sur l’eau », jusqu’au pavillon de détente. La première partie du jardin forme une « jungle » verdoyante, habilement reconstituée.

 

 

Pavillon jardin tropical David Cubero

La fabrique, version contemporaine

Dans l’art paysager, on nomme « fabrique » toute construction à vocation ornementale, intégrée dans le concept du jardin.
C’est bien le cas ici pour cette version très moderne du kiosque des jardins européens ou du pavillon de thé des jardins japonais. Le travail des lignes est absolument remarquable.

 

 

Cyathea latebrosa David Cubero

Une végétation foisonnante

Comme dans la forêt tropicale, les plantes à feuillage dominent le décor végétal du jardin qui s’exprime dans un subtil camaïeu de verts. Au premier plan, les feuilles joliment découpées du palmier Rhapis multifida constituent un massif dense qui nécessite très peu d’entretien.

 

 

Pandanus amaryllifolius David Cubero

Des îles végétales

Constituées par des bacs de 60 cm de haut en fibre de verre, un matériau étanche et léger, elles sont peintes de couleur ivoire pour s’harmoniser avec les dalles. Remplies d’un mélange de terre et de terre de bruyère, elles disposent aussi d’une couche drainante de 10 cm au fond. Outre la fougère, on y a planté un beau Pandanus amaryllifolius.

 

 

 

Structure bois Meranti David Cubero

Bois exotique et pierre calcaire

Les structures en bois sont réalisées en méranti (Shorea pauciflora), une essence courante en Malaisie, caractérisée par sa couleur brun-rouge. Facile à travailler, ce bois ressemble à l’acajou, mais il dure moins longtemps (de 10 à 15 ans à l’extérieur). Le dallage est constitué de blocs de calcaire sciés et posés sur des plots en fibre de verre.

 

 

  L’harmonie raffinée, associée aux jeux d’ombre, incite à une relaxation bienfaisante

Jardin tropical David Cubero

 Un coin détente posé sur l’eau

Dans l’océan Indien,  on aurait appelé cet espace ombragé une varangue. Ouverte sur le jardin, la construction aux lignes épurées est traversée par un agréable courant d’air. Elle domine un grand bassin qui rafraîchit délicieusement l’atmosphère harassante.

 

 

Structure bois Meranti

Structure bois Meranti David Cubero

Fauteuil Pavillon bois Meranti

Dallage bloc calcaire

 

 

le point sur…

La fougère arborescente

Plantes caractéristiques du paysage de l’époque des dinosaures (de -240 à -65 millions d’années), les fougères arborescentes comptent parmi les plus anciennes plantes vivant encore sur notre planète. Les espèces d’aujourd’hui, qui appartiennent essentiellement aux familles des Cyatheaceae et des Dicksoniaceae, sont apparues à la fin du Jurassique, il y a environ 150 millions d’années (soit 100 millions d’années avant les premières plantes à fleurs). Les plus grandes fougères arborescentes atteignent 15 m dans leur biotope, toujours caractérisé par une ambiance humide. Leur « tronc » est appelé stipe.

 

 

Cyathea latebrosa

Cyathea latebrosa

Originaire de la péninsule indochinoise, cette gracieuse fougère arborescente peut atteindre 4 m de haut. Sous nos climats, elle peut être remplacée dans les jardins par Dicksonia antarctica, provenant de Tasmanie et qui supporte des hivers à -7° C.

 

 

 Un dépaysement total dans un environnement inspiré de la préhistoire.

Mur vegetal David Cubero

Mur végétal

La clôture séparant le jardin est habillée d’un tapis d’helxine (Soleirolia soleirolii) dans lequel s’incrustent : fougères (Asplenium malesianum, Aglaomorpha coronans), lycopodes (Lycopodium squarrosum) et diverses autres petites plantes aimant l’ombre humide.

 

 

Le détail à retenir

La disposition « suspendue » de la banquette qui fait corps avec la structure du pavillon, tout en se trouvant isolée du sol. Dans un pays tropical où l’hygrométrie dépasse en permanence les 80 %, cette solution, ainsi que les structures ajourées, favorisent la circulation de l’air. On obtient une meilleure sensation de confort et la dégradation inévitable du bois se trouve ralentie.

 

 

 

Paysagistes : David Cubero / www.amphibiandesigns.com
Un jardin présenté lors du Chelsea Flower Show, Londres 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInShare on TumblrPin on Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *