CHARGEMENT EN COURS...

Saisissez votre recherche...

De l’art de la symétrie

Partager

Pour tous les adeptes d’un intérieur tiré à quatre épingles, voici la version outdoor avec, en point d’orgue, une symétrie verticale parfaite. Un jardin hautement architecturé.

TEXTE LUC FERRAND / PHOTOS NATHALIE PASQUEL WWW.JARDINS.PHOTOS

Prêt pour la fashion week

Cela ne saute pas forcément aux yeux de prime abord mais l’architecture de ce jardin a été réfléchie par sa conceptrice, Alexandra Froggatt, selon les schémas d’un podium de défilé de mode. Convenez que le concept ne manque pas d’originalité ! Le vaste panneau de pierre d’un seul tenant creusé de motifs, sorte de rosace géante, et qui s’inscrit en arrière-plan, n’est autre que l’élément de décor pour attirer le regard et indispensable à toute présentation de mode. Toujours pour filer la métaphore, le dallage en pierre qui s’achève par un étroit passage au-dessus du bassin, est censé symboliser le lieu de passage des modèles. Gageons que si vous reproduisez ce jardin chez vous, ce sont vos proches qui, envieux, ne vont cesser de venir chez vous… défiler !

Rosace

Véritable point d’orgue central de ce jardin, la dalle de pierre s’appuie verticalement sur une structure solidement ancrée. Et pour cause, d’un seul tenant, la dalle, épaisse de 10 cm, pèse tout de même plus d’une tonne. Elle symbolise le mur d’un lieu dédié aux défilés.

le choix hyper sélectif des végétaux participe de son design contemporain !

Encore fluets

Encore relativement jeunes, encore un tantinet fluets, six bouleaux de l’Himalaya (Betula utilis var. jacquemontii) se font face, chacun émergeant d’un massif composé d’agapanthes et de graminées (cheveux d’ange). La blancheur des troncs des bouleaux rappelle incontestablement celle des Achillea ptarmica ‘La Perle’ (achillée ptarmique) qui émaillent l’ensemble des six massifs. L’écorce de ces bouleaux constitue bien évidemment l’un de leurs principaux attraits. 

l’idée déco 

Derrière une apparente rigueur, le paradoxe, c’est qu’un jardin très structuré tend à favoriser la détente. À la clé également, une sélection très limitée en termes de végétaux, des matériaux très qualitatifs. 

Austérité

Dans les moindres détails, la symétrie de ce jardin a été parfaitement calculée. Même les végétaux se répondent de chaque côté de ce chic dallage en pierre. L’ensemble apparaît assez dépouillé, trop peut-être aux yeux de certains qui le jugeront un peu froid. Mais, en réalité, cette austérité apparente n’a d’autre dessein que de générer un effet déstressant et d’exhorter au repos.

Condensé

Deux jardinières de couleur noire, situées de chaque côté, chacune adossée au parterre le plus haut, viennent produire un rappel de noir, en écho au bassin. Elles recèlent un condensé de végétaux qu’on ne retrouve pas forcément plantés ailleurs dans le jardin, tout en faisant appel aux mêmes espèces : Astelia chathamica ‘Silver Spear’ (épée d’argent), Nassella tenuissima (cheveux d’ange), Agapanthus ‘White Dwarf’ (agapanthe) et, au-dessus, Stachys byzantina (oreille d’ours ou épiaire de Byzance).

Noir au blanc

Seules trois dalles permettent d’enjamber le bassin dont la noirceur, volontaire, crée un effet miroir et ne fait qu’accentuer la clarté de la pierre.   

Carrés magiques

Tous pareillement carrés, les six parterres de végétaux qui se répartissent de part et d’autre de l’allée dallée centrale s’étagent en trois niveaux successifs dont la dénivellation est strictement identique. Une bordure de Stachys byzantina les délimite sur les 4 côtés.

Entre buis et ifs

Bien taillés, bien alignés, des buis (Buxus sempervirens) forment une petite haie basse purement décorative : elle sert à habiller la partie supérieure du banc en pierre devant la haie de Taxus baccata (if à baie), en clôture de jardin.   

Qui s’y frotte…

L’intérêt décoratif du chardon n’est plus à démontrer. Facile à cultiver puisqu’il s’adapte à n’importe quel sol même le plus pauvre, plutôt en plein soleil, Eryngium variifolium (Panicaut, Chardon à feuilles épineuses) est une vivace rustique au feuillage persistant qui atteint environ 50 cm de haut. La floraison en épis bleu argent dure tout l’été et une bonne partie de l’automne.  

Aussi aromatique que décorative

Déjà bien connue pour ses vertus aromatiques, la sauge (Salvia nemorosa ‘Caradonna’) n’est pas dénuée de propriétés décoratives. D’abord, en raison de la durée de sa floraison qui dure tout l’été et parfois un peu plus selon la météo automnale.

Du velours !

Un vrai plaisir à toucher, à caresser devrait-on dire, Stachys byzantina, autrement connue sous l’appellation oreille d’ours, épiaire de Byzance ou épiaire laineuse affiche un feuillage laineux gris, semi persistant. Sa floraison s’étend de juin à août.   

Pureté recherchée

La blancheur quasi virginale de ces Achillea ptarmica ‘La Perle’ (achillée ptarmique), d’autant plus mis en valeur par leur cœur couleur jaune crème, apporte une indéniable touche de pureté dans ces parterres de verdure. Elle sait s’adapter aussi bien à la chaleur qu’au froid (résistante au gel jusqu’à -15° C) mais également aux terrains humides (voire même en bordure immédiate d’un plan d’eau). Belle polyvalence !

Point de vue

Au beau milieu des Stipa tenuissima (cheveux d’ange), jaillissent fièrement de majestueuses agapanthes (Agapanthus africanus).  Compte tenu de l’angle de prise de vues de la photo, on a l’impression de partager leur vision !

Paysagiste : Belinda Belt
POUR PLUS DE DÉTAILS :
Article précédent
Article suivant

Vous pourriez être aussi intéressé par...

Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

1 × cinq =

En savoir plus...

Découvrez les créations des paysagistes du monde entier pour créer et imaginer vos extérieurs design